Mobilité bancaire : retour de bâton

Transfert de compte bancaire

Depuis le 6 février 2017, on assiste à l’avènement d’une nouvelle ère bancaire, adieu les nombreux parcours pour rendre effective sa mobilité bancaire. Avec la promulgation de la loi Macron sur la mobilité bancaire, le client est délecté de toutes responsabilités dans l’opération de transfert de compétence entre les deux banques. Il supervise de loin la transaction, mais n’y prend pas part. Si une telle politique semble être appréciée, n’empêche qu’elle puisse cacher de fâcheuses surprises.

Une concurrence malsaine.

Avec ses nouvelles règles, la mobilité bancaire vient apporter un renouvellement profond des structures financières, désormais, le client a compris que son intérêt réside dans le fait de stimuler davantage la concurrence afin de gagner plus et de découvrir bien évidemment de nouvelles perspectives. Pour être à jour et pouvoir bénéficier des avantages de cette nouvelle législation, les banques lancent une véritable chasse aux clients qui sont devenus des cibles choyées, hors de question de laisser paraitre des failles dans la gestion d’un dossier. Si un client souhaite changer de banque, cela n’est pas pris sans intérêt, car toutes les deux parties exultent l’une de colère et l’autre de joie. Ainsi pour retenir les clients, les banques ne lésinent plus sur les moyens et vont jusqu’à revoir à la hausse la qualité des services offerts au client, si tout cela n’aboutit pas et ce dernier décide de quitter la banque pour rallier une autre alors il lui sera appliqué la politique du bâton vue que celle de la carotte a échoué. Tous les moyens sont bons pour retarder l’échéance, au cours de la transaction, beaucoup de banques (de départ) ne se plient pas forcément au délai de rigueur instauré par la loi ce qui peut des fois être source de conflits entre elles et leurs anciens clients.

L’avènement d’une nouvelle ère.

La loi Macron ne fera, certainement pas, que des heureux, à côté, il y aura ceux qui ne seront là que pour témoigner de leurs yeux pendant que d’autres profitent de leurs labeurs. En effet, les réglementations inhérentes à la mobilité bancaire ne sont pas les seuls problèmes pour les banques traditionnelles il y a aussi l’avènement d’une toute nouvelle génération de banque soutenue bien évidemment par la révolution numérique. Les débuts d’une alternance financière sont à prévoir et avec l’action de certaines grandes boites comme l’avènement futur de la banque en ligne de l’opérateur Orange, et aussi l’intérêt que développent certains géants de la technologie comme Apple et Google.

fr ch lu ca